Interviews

Morgane Imbeaud, la voix de Cocoon de retour en solo

On a rencontré Morgane Imbeaud, la douce voix de Cocoon qui nous présente l’aboutissement de ses dernières années de travail : Les Songes de Léo, un conte musical. Léo c’est un personnage mi-garçon mi-chat qui n’a qu’une oreille. A la fois sensible et fort, il est à l’image de la voix qui le raconte. Il évolue à travers un album musical, dont certains textes sont signés par Jean-Louis Murat, sur scène, mais aussi dans un livre illustré par Christophe Chabouté.

VwySaJRcryPaStVY5zu7r5TT-2rkeKlUu8P5UsXzTNc,UpocvHF1F9zPTF9rP_FUIKILYvA96Ahartd4E0QhnmM,DuHeaIldDuM8v9nrbPOma4re5V7_A5pKsISB-dKa9jc,7eX7jALE0ZJwwrvhCwAaZzLMaAye92LkBT-sEDsUZL4

L’inspiration lui vient en regardant les gens dans le métro, leur tristesse parfois, mais aussi en se souvenant d’elle-même avant le « tourbillon de Cocoon » qui a pu l’isoler, la mettre à l’écart. Léo est l’aboutissement d’un bilan chez l’artiste : figure timide, la musique lui donne la possibilité de croire en ses rêves et c’est évidemment en chantant que le petit personnage sort de sa mélancolie et de sa solitude. La chanson, pour lui, pour Morgane, n’est pas une thérapie mais accompagne son évolution. La chanteuse qui affirme avoir toujours été « le bébé de quelqu’un » s’épanouit en tant qu’artiste solo, livrant au travers de Léo ce qu’elle a de plus intime mais sans jouer les pleureuses : « je n’ai pas voulu raconter mon histoire, ce n’est pas une autobiographie, j’ai plutôt créé un univers. J’espère que chacun pourra se créer une histoire par rapport à ce qu’il ressent ».

Et c’est à un public large que la chanteuse s’adresse : « Léo au départ ce n’est pas vraiment pour les enfants», mais plutôt pour la part d’enfant qui est encore en nous.

Si le projet artistique de Morgane est traversé par des thèmes sérieux et profonds, parfois durs, souvent sombres, il délivre avant-tout un message lumineux. Espérer, trouver la force de sortir d’une situation difficile et enivrante, accepter ses faiblesses et apprendre à se battre. Comme une évidence, c’est en chantant que Léo sort de sa mélancolie. Il évolue dans un univers qui va de la pénombre de sa solitude à la clarté de son émancipation. Lui qui n’avait qu’une oreille en gagne une deuxième : « C’est un peu le symbole de ce que Cocoon m’a apporté » confie Morgane.

On s’est aussi interrogé sur cette volonté de créer une œuvre multiple, la chanteuse nous a répondu très simplement : « j’ai toujours voulu faire ça, j’ai souvent des images dans la tête qu’on ne peut pas dire qu’en musique ». Les songes de Léo sont donc le fruit d’une véritable collaboration artistique menée aux côtés du dessinateur Christophe Chabouté et de l’auteur-compositeur-intreprête Jean-Louis Murat. Dans ce projet poétique et pluriartistique qui rappelle l’esthétique du cinéaste M.Ocelot, art visuel et musical se complètent. Les illustrations de Chabouté, aux traits fins et « pas forcément très propres » comme l’évoque Morgane, reflètent en dix chapitres la voix douce et un brin rock de la chanteuse.

L’album conte aussi cette histoire à sa manière, alternant morceaux instrumentaux dominés par les sonorités mélancoliques du piano et pistes au rythme plus enjoué, résolument pop. Sur scène un jeu de transparence et de lumière crée une immersion totale dans l’atmosphère si particulière des Songes, il s’inscrit dans la continuité du projet, et permet à son auteure de le partager de manière plus intense avec le public et les musiciens.

En parlant de sa collaboration avec Jean-Louis Murat qui signe avec une grande humilité quelques textes de l’album, Morgane reproche un certain mysoginisme qui persiste. Elle reprend à son compte les propos de la chanteuse de Christine and the Queens qui dénonçait que bien souvent dans les collaborations hommes-femmes c’est l’homme à qui l’on attribue, parfois à tort, toutes les gloires. Pour elle quand on est une femme on n’a d’autre choix que « d’aboyer » pour se faire entendre et ne pas être classé comme simple interprète, potiche, collaboratrice. L’artiste ajoute que «si le personnage de Léo avait été une fille, il aurait sûrement été moins écouté», triste réalité. Mais il ne faut pas oublier que derrière ce personnage masculin, c’est une femme qui porte le projet.

Morgane Imbeaud signe donc un renouveau prometteur avec la sortie de son album puis du livre les 6 et 12 novembre prochains.

[youtube youtube.com/watch?v=fQIw5xR46wM]

Marie-Anne C, Emilie B

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s