Focus on

La RBMA nous a ramené Quentin Dupieux

Depuis la rentrée, Paris est dans les starting-blocks, impatiente, mais prête à accueillir en son sein la Red Bull Music Academy, et ce, pour la première fois. La fête, la musique, l’art et la culture en général, c’est maintenant à Paris, et c’est ce que nous montre la web série originale constituée de cinq court-métrages, « Paris Now », lancée il y a quelques minutes sur le site de la RBMA.

flat-eric.5da66033

© Being Flat, Quentin Dupieux

Depuis ses premiers pas au cinéma en tant que réalisateur, Quentin Dupieux semblait avoir quelque peu mis de côté Flat Eric, la peluche de renommée mondiale qui donnait tout son sens au pseudonyme de Mr. Oizo. Cette relation au départ fusionnelle battait de l’aile, et à la sortie de The Church – son dernier album – on a eu le sentiment que le groove moelleux et piquant des flat beats d’antan avait fini par s’essouffler, les dix titres ne nous en offrant qu’une pâle copie. En plus d’avoir délaissé Eric, Dupieux s’était apparemment lassé de Paris et avait préféré aller se prélasser à L.A., s’y étant installé il y a cinq ans. C’est d’ailleurs en Californie que flat Eric avait été vu pour la dernière fois, nous encourageant dans un mini clip à « voler » l’EP de son père spirituel.

Heureusement, à quelques jours de son coup d’envoi dans la capitale, la Red Bull Music Academy a décidé de jouer les entremetteurs, réconciliant le temps d’un court-métrage Quentin, Eric et Paris.

J’avoue avoir un peu joué la carte hater réac’ pour faire du teasing, et en fan inconditionnelle de ce drôle d’oiseau complètement perché il m’a été difficile de trouver des choses à lui reprocher. En réalité Flat Eric n’a jamais vraiment disparu des productions de Dupieux, puisque l’on retrouve dans ses films sa réalité schizophrénique de façon plus concrète et aboutie : hallucinés, pneumatiques, hypnotiques, pleins de rebonds mais sans conclusion, ses films jouent avec nos nerfs sans oublier de nous faire rire. Dans ce petit film de 7 minutes réalisé pour la RBMA, c’est tout l’univers de l’Oizo que l’on redécouvre en condensé, avec de nombreuses références à son travail (Flat Eric évidemment, sa musique, une veste des Chivers). En réalité, lui et son oeuvre sont le sujet même du film, dans lequel des acteurs auditionnent pour interpréter Eric et Quentin, qui se retrouvent comme de vieux amis, « like in the good old days« . Paradoxalement, alors que ce film est censé être une « histoire personnelle reflétant tout l’étendue de la créativité actuelle de Paris », Dupieux, qu’on connaissait pour avoir plus d’amour propre, se moque ouvertement de lui se qualifiant de « looser musician ». On ne s’en fait pas trop pour lui, ni pour son ego, son travail étant loin d’être « plat » (« flat » ndlr.) : certes, ça ne ressemble à rien (d’autre en tout cas), et on peut avoir l’impression d’être au bord du vide sémantique, mais ce court porte en lui la saveur et l’attrait particulier des films de ce réalisateur multi-facettes. C’est absurde et indémêlable, ça parle de saucisse au théâtre, et si un sentiment de malaise inexplicable est palpable, c’est dans la joie et la bonne humeur. On ne prétendra pas en avoir tiré un message précis ou un quelconque enseignement, et commenter un film de Dupieux revenant le plus souvent à pisser dans un violon, je vous laisse apprécier par vous-même le retour du duo gagnant :

Finalement, choix judicieux de la part de la RBMA que de donner son feu vert à ce parisien (au moins dans l’âme) pour introduire un mois de manifestations artistiques et musicales au sein de la ville Lumière. Habitué des courts formats, ayant un passé dans la réalisation de films publicitaires aux côtés d’Eric, et surtout phénomène incontournable de la scène électro parisienne – un peu malgré lui -, Quentin Dupieux ne pouvait que nous mettre l’eau à la bouche.

On a donc particulièrement hâte d’être à « Ici, Maintenant », premier concert organisé par la RBMA ce dimanche 25 octobre au Badaboum avec l’incroyable Pépé Bradock, accompagné de François K, Kool Clap et bien d’autres encore. Au Gorille, on compte bien écumer toutes les salles de concerts et d’expositions investies par l’organisme, et on vous promet de vous faire vivre un mois de musique de folie sur le site, au moins par procuration. En attendant, rendez-vous sur le site officiel de la RBMA (ou sur Youtube) pour visionner les quatre autres court-métrages non moins géniaux de la web série « Paris NOW ».

Paris, la fête, c’est maintenant : suivez le guide ! (Billetterie)

J’en profite pour annoncer la sortie du nouvel EP de Mr Oizo « Hand In The Fire » sur ED Banger (à l’ancienne) le 27 novembre. Entre temps, on vous conseille fortement d’acheter vos places pour sa prochaine date au Rex à Paris, dans le cadre de la RBMA bien sûr, le 26 novembre. Be flat !

Alix Leridon 

Publicités

1 réponse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s