Chroniques

William Onyeabor – Who is William Onyeabor ?

Onyeabor

En bref :
Le label Luaka Bop nous fait (re)découvrir William Onyeabor, un artiste nigérian des seventies (pour plus d’infos, voir par ici), en publiant une compilation intitulée Who is William Onyeabor ? .


Date de sortie :
2013


L’équation :
(Percussions yorubas x base rythmique ronde, hot & funky) + (Nappe synthétique x Claviers aux sonorités très électroniques)  = Funk-fusion des plus originales



Dans la jungle, cet album ne comporterait que 5 titres :

  • Body & Soul 
  • Atomic Bomb
  • Fantastic Man
  • Heaven And Hell
  • Something You Will Never Forget


Quand ?
La carrière d’auteur-compositeur (1977-1985) de William Onyeabor fut courte et point couronnée du succès commercial qu’on aurait pu envisager à l’époque. Autrement dit, ce Nigérian prodige de la musique est devenu un artiste oublié de tous. Et pourtant… ! C’est à côté d’une musique funk des plus originales, à la fois très ancrée dans les seventies et en même temps assez visionnaire, que nous sommes passés…  Mais David Byrne, ex-chanteur du génial groupe qu’étaient les Talking Heads, nous fait redécouvrir cet artiste grâce à son label Luaka Bop, créé en 1988. Celui-ci a effectivement eu la géniale idée de rééditer l’œuvre d’Onyeabor, en plus d’une compilation, intitulée Who is William Onyeabor ?, et regroupant ses titres les plus puissants.


Pourquoi  ?
Parce qu’une musique comme celle de William Onyeabor est improbable ! Si l’équation la plus évidente de son œuvre est celle de la funk fusion, originale en ce sens qu’elle allie les bases rythmiques du funk classique avec des frasques synthétiques et électroniques très ambitieuses (à ce titre, écouter Good Name), on retrouve aussi des morceaux au style plus psychédélique, tel l’excellent Something You Will Never Forget, sur lequel vous entendrez, entre autres, les percussions yorubas (inspirée de la juju music). En somme, la musique d’Onyeabor est assez indéfinissable, au carrefour de plusieurs genres et synthétisant de multiples influences. Enfin, je ne peux m’empêcher de sourire en écoutant le magnifique Fantastic Man, qui ressemble en tout au Sound & Vision de Sir Bowie ! Quelle étrange coïncidence pour le fan que je suis…

 



Elliot

Publicités

Catégories :Chroniques

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s